BIGC - Bibliothèque Internationale de la Gauche Communiste
[last] [home] [content] [end] [search]

ARMEMENT ET INVESTISSEMENT
If linked: [English] [German] [Italian] [Spanish]


Content:

Armement et investissement
Hier
Aujourd'hui
Notes
Source


«Sur le fil du temps»

Armement et investissement
[top] [content] [next]

Le déchiffrement du sens de la période historique actuelle éprouve vainement les méninges de beaucoup, qui se croient des vétérans ou des volontaires du mouvement révolutionnaire, et qui, d'une manière plus ou moins contournée, démontrent que leur pensée est la suivante: les choses se passent de façon inattendue et on ne peut pas les faire entrer dans les lignes de la grande vision marxiste, de sa méthode et de ses prévisions.

D'où (plus que des tentatives sérieuses de démolition du marxisme dans l'intégralité de ses positions scientifiques, tentatives auxquelles on ne voit personne s'essayer, étant donné qu'on ne peut considérer comme des offensives sérieuses les réaffirmations de croyances et de systèmes traditionnels, qui existaient déjà à la naissance du socialisme moderne), d'où donc toute une série de tentatives pour compléter et pour redresser le marxisme lui-même, pour lui mettre des étais et du sparadrap. C'est une guerre froide, beaucoup plus répugnante que toute bataille déclarée. Il n'y a pas là un fait intellectuel ou culturel, mais une donnée historique: ennemis et amis sont obligés de se rendre compte que, quelles que soient les vicissitudes contingentes, la cause historique de la révolution n'est pas perdue.

D'où la recherche, tout compte fait vaine, de données économiques et sociales qui ne s'inscriraient pas dans l'analyse marxiste classique et dans sa ligne dorsale ininterrompue, l'énonciation d'une série d'explications qui non seulement n'expliquent rien, mais qui n'apportent rien de neuf à la recherche et à la lecture effectives des événements. D'ou l'abus et le mauvais usage de termes comme monopolisme, impérialisme, économie directe, capitalisme d'Etat, termes qui sont à leur place dans le système marxiste et qui ne servent pas à couvrir de sparadraps les prétendus lambeaux du corpus formidable de notre doctrine séculaire. D'où la chasse à une troisième classe, extérieure aux classes bourgeoise et prolétarienne, que Marx aurait vues se battre en duel elles seules, au tiers qui est de trop, aux cercles bureaucratiques vus comme une nouveauté (!) de l'histoire des luttes de classes, aux «bandes», «cliques» (1), ou «gangs» on ne peut plus diffamés, que la polémique politique crée dès que le vent souffle en sens contraire: c'est pourquoi, pour les mêmes appareils de propagande, les représentants et les chefs d'une magnifique lutte populaire pour la liberté deviennent, à une date donnée, de vulgaires chefs de cliques criminels, que ce soit les Truman, les Staline, que ce soit les Tchang Kaï-chek ou les Tito, et ainsi de suite.

Tout s'explique par un nom, un chef, une bande restreinte: doctrine respectable, mais seulement à partir du moment où celui qui l'utilise a le cran de se lever et de dire: finalement, il est bien entendu que le déterminisme des intérêts économiques, la lutte des classes et la succession des classes au pouvoir ne valent rien; Marx et celui qui y croit ne sont que des imbéciles.

Parce que l'excuse que tout irait bien si ces figures, et leurs quelques hommes de mains, ne s'étaient pas permis d'agir «en criminels» et de violer les bonnes règles du jeu politique, est une excuse qui n'excuse rien, à moins que, pour la seconde fois, on ait l'estomac de passer en force de chose jugée la sentence suivante: le marxisme était un amas de sottises.

L'examen marxiste de ce qui se passe aujourd'hui substitue à tous ces efforts destinés à coller des morceaux de sparadrap, une reconnaissance bien simple: rien de ce qui nous est donné de constater ne contredit notre vision de l'histoire, tout concourt à établir un résultat très clair: nous sommes dans une période de contre-révolution. Maintenant, le marxisme serait caduc si c'était le premier épisode historique de cette nature, et si le marxisme n'en avait connu ni étudié et expliqué aucun. Loin de là (2). Notre école historique a non seulement connu et traité à fond les périodes contre-révolutionnaires, elle a non seulement établi à chaque instant qu'aucune classe historique n'a progressé sans subir des contre-révolutions avant sa victoire générale, mais elle a dit davantage: les contre-révolutions sont la confirmation théorique, l'école pratique et la garantie historique de la Révolution.

Celui qui n'a pas compris et assimilé le passé peut-il prétendre comprendre l'avenir? Et peut-on, en quelque moment de la lutte que ce soit, mettre de côté l'examen continu des événements passés comme nourriture quotidienne pour notre action? L'expérience montre plus que jamais qu'il est urgent de se replier et de reprendre le fil du temps. Depuis longtemps, le socialisme est passé de l'utopie à la science. Et en 1919, Radek a pensé qu'il était passé de la science à l'action; mais la contre-révolution n'avait pas encore terminé ses cours scolaires, comme cela lui semblait et à nous aussi. Et comme cela doit toujours sembler, dans une période révolutionnaire, aux bons révolutionnaires et ce s'il est vrai, dans la ligne du marxisme véritable, que de l'action naît la position politique, et que de la position politique naît la notion théorique, dont on n'aura un ensemble définitif que lorsque l'affaire sera terminée, et tout en sachant que nous sommes arrivés à ce résultat après une série de marées historiques qui mêlent tout: action, organisation, théorie.

Dans une période contre-révolutionnaire, comme cela semble évident, c'est l'activisme qui, par la force des choses décline; c'est le problème du «que faire?» qui ne disparaît pas, mais change de sens; et c'est justement le désespoir révolutionnaire qui, en conduisant à un activisme maladif de substitution, entraîne le remplacement de la bonne doctrine et de la bonne méthode par une doctrine et une méthode dévoyées, et détermine les apologies tant de fois entendues des objectifs et des idéaux ennemis, à la place des nôtres.

C'est Trotsky, qui, partant d'une lettre de Lassalle à Marx, écrit dans son «1905»: «Il semblera peut-être paradoxal de dire que la caractéristique psychologique de l'opportunisme est son incapacité à attendre. Et pourtant c'est ainsi. Dans les périodes où les forces sociales alliées et adverses, avec leur antagonisme et leurs réactions mutuelles, produisent en politique un calme plat ... l'opportunisme, dévoré d'impatience, cherche autour de lui des voies nouvelles, des moyens nouveaux ... il se jette avidement dans la fosse à fumier du libéralisme, il le conjure, il en appelle à lui ... il veut le succès immédiat!». Pour ceux qui lisent bêtement un texte en fonction de sa signature, nous nous poserons la question de savoir si l'auteur de ces lignes, après que nous avons compulsé son curriculum vitae, peut s'inscrire parmi ceux qui ont «trop attendu».

Un coup d'œil sur les contre-révolutions du passé est intéressant si nous prenons pour sujet le prolétariat. Mais c'est encore plus intéressant si en remontant encore plus loin, nous prenons pour sujet la bourgeoisie elle-même. En effet le prolétariat n'a pas vaincu et un contradicteur honnête, si cela existe, pourrait nous dire qu'il ne vaincra plus et que l'histoire avant la lettre de sa révolution a été écrite de manière erronée. C'est donc la bourgeoisie qui a vaincu; et elle a introduit dans les faits les promesses de son idéologie, bien que notre critique démontre son inachèvement à la lumière de l'inexorable saut en avant ultérieur. Et le résultat du calcul sur l'importance énorme de l'apport que lui fournirent les tempêtes contre-révolutionnaires qui, durant des siècles, passèrent sur elle, est indiscutable. Et en même temps, si nous remontons à ses premières entreprises, il apparaît évident combien il y a peu de neuf dans certains aspects du système capitaliste, alors que de nombreux inquiets et impatients prétendent aujourd'hui que ces aspects n'ont pas été suffisamment pesés et pris en compte par la science révolutionnaire prolétarienne.

Hier
[prev.] [content] [next]

Pourquoi Friedrich Engels a-t-il voulu écrire la «Guerre des paysans»? Il le raconte dans la préface de 1874, écrite dans une période de «reprise», préface qui a une énorme importance et que nous utilisons encore une fois ici.

«Le présent ouvrage a été écrit à Londres pendant l'été de 1850, sous l'impression directe de la contre-révolution». Celle de 1848-49 fut une contre-révolution à double effet pour la bourgeoisie et pour le prolétariat. En 1850, le vainqueur aurait pu écrire la thèse qu'on ne peut plus écrire aujourd'hui: le système du capitalisme industriel ne gagnera pas le monde entier, socialement et politiquement. Naturellement, cette thèse préoccupait Marx et Engels parce qu'elle en contenait implicitement une autre: le prolétariat lui aussi ne vaincra jamais plus.

Bien qu'il y ait eu aussi en Angleterre et en France des restaurations et des contre-révolutions, l'histoire révolutionnaire était malgré tout fort riche en preuves contre l'argumentaire féodaliste et réactionnaire. Et en Allemagne, la révolution bourgeoise s'était piteusement agenouillée: la bourgeoisie moderne était devenue vile sans être passée par une phase héroïque. Il est évident que cet aspect des choses contredisait notre vision classiste de l'histoire, et qu'il fortifiait les Bismarck dans leur arrogance et dans la confiance qu'ils avaient dans leur pouvoir.

Engels veut démontrer que «le peuple allemand a, lui aussi, ses traditions révolutionnaires» et mettre en évidence qu'on peut placer les victoires de Cromwell et de Robespierre sur un même plan que la glorieuse défaite de Thomas Munzer, chef des paysans insurgés de 1525 et déjà alliés à l'époque aux bourgeois des villes, lesquels furent néanmoins, aussi à cette époque, les premiers à reculer et à trahir, laissant ainsi les rebelles se faire massacrer par les milices des seigneurs féodaux. Il ne s'agit pas, comme il le sembla à certains polémistes vains, d'orgueil national, mais précisément d'une preuve renouvelée d'une thèse de valeur révolutionnaire internationale. Le parallèle entre les deux révolutions anti-féodales de 1525 et de 1848 est plein d'enseignements. De même que les encyclopédistes précédèrent la Bastille et la Convention, la révolte des paysans opprimés par les barons a pour signal l'hérésie religieuse et la réforme, Hüss et Luther. L'école marxiste sait réécrire l'histoire de ces conflits comme celle d'une guerre entre classes, beaucoup plus que comme celle d'un désaccord sur tel ou tel dogme, sur le théisme et l'athéisme. Et Engels relie ces luttes à celles des Albigeois en France, des schismes en Bohème et en Pologne, d'Arnold de Brescia en Italie, tous représentant en définitive les premiers efforts de la bourgeoisie naissante pour arracher le pouvoir à l'aristocratie féodale soutenue par l'Eglise de Rome.

Une révolution, c'est l'assaut armé d'une classe opprimée pour enlever le pouvoir à la classe dominante, et nous savons que cette classe naît du débordement des vieux rapports par de nouvelles forces de production. Tantôt l'assaut est repoussé, tantôt il ne l'est pas. Mais l'histoire de ces grands conflits ne se contente pas de la chronique des vicissitudes militaires des engagements, qui, cependant, en est l'élément décisif. L'assaut politique et militaire a-t-il oui ou non remporté la victoire? C'est une première question. Les nouvelles forces de production qui tendent à un nouvel arrangement l'ont- elles oui ou non réalisé? Les réponses peuvent être discordantes, et seule une intuition plate et non dialectique du marxisme fait penser qu'elles sont toujours parallèles.

Après des massacres effroyables et des pendaisons en masse ordonnés par les évoques et les princes, Munzer, âgé de vingt-huit ans, est pris, torturé et décapité. En Bavière et en Autriche, la lutte sanglante se poursuit jusqu'à ce que le dernier chef rebelle, Geismaier, qui avait fui à Venise pour pousser la république à une guerre contre l'Autriche, y soit assassiné par un homme de main.

Le bilan social de cette bataille généreuse est la défaite complète pour les paysans, qui retombent sans espoir pour trois siècles au moins dans la servitude de la glèbe: le nouveau rapport des forces fait que la partie la plus avancée de la noblesse seulement se plie à la domination centraliste des princes et de l'Empire, en échange de la reconfirmation de ses privilèges féodaux.

Après Robespierre et Cromwell il y eut aussi l'échafaud, et les rois revinrent; ou mieux, les héritiers des rois décapités. Mais dans ces deux cas, la lutte en faveur des formes féodales de production s'était terminée par la défaite: le système bourgeois avait tout envahi; les landlords anglais dirent «posséder la terre selon le mode bourgeois» et souscrire à l'emprunt consolidé, leur Dieu suprême; la France vit le commerce, l'industrie et la banque grandir et dominer sous le roi Bourbon légitimiste et sous le «roi bourgeois» Orléaniste. Malgré la défaite des révolutions politiques, la révolution sociale bourgeoise avait cependant vaincu. C'est à travers les événements de 1830, de 1848 et de 1871 que la bourgeoisie française prendra directement tout le pouvoir, de la même manière que la bourgeoisie anglaise le tint à partir de Guillaume d'Orange, que Marx appelle héros bourgeois, porté au pouvoir par la glorious revolution après la chute des Stuart: un héros qui accordait des terres de l'Etat à des dames qui lui avaient rendu quelques honnêtes services d'amour... (1695).

Nous voulons revenir ici un peu plus en arrière, afin d'étudier les révolutions «reléguées» par l'histoire, en en citant une qui fut enterrée non pas sur les champs de bataille mais par le pur jeu de facteurs économiques et qui dût attendre son réveil pendant des siècles.

Que la classe bourgeoise ait été au pouvoir dans les Communes italiennes du Moyen Age, et dans les Républiques maritimes, comme d'ailleurs à une époque ultérieure dans de nombreuses villes des Flandres et dans celles de la Ligue Hanséatique, ce n'est pas une opinion neuve. Nous nous limiterons au passage classique du Manifeste Communiste dans lequel Marx dresse une véritable apologie et décrit dans un style lapidaire l'authentique épopée de la bourgeoisie, notre ennemie féroce et admirée; les contre-révolutions anti-ouvrières contemporaines lui vaudraient bien l'écriture d'une seconde apologie, accompagnée d'une seconde déclaration de guerre civile. Et cette déclaration sera faite à la veille d'un nouveau 1848, où les compétiteurs ne seront plus réellement au nombre de trois, quoiqu'en disent ceux qui recherchent la troisième classe du post capitalisme!

«A chaque étape de l'évolution que parcourait la bourgeoisie, correspondait un progrès politique. Classe opprimée par le despotisme féodal, association armée s'administrant elle-même dans la Commune, tantôt république urbaine indépendante, tantôt Tiers-Etat de la Monarchie, taillable et corvéable, puis, durant la période manufacturière, contrepoids de la noblesse dans la monarchie féodale et absolue, pierre angulaire des grandes monarchies, la bourgeoisie, depuis l'établissement de la grande industrie et du marché mondial, s'est finalement emparée de la souveraineté politique exclusive dans l'Etat représentatif moderne. Le gouvernement moderne n'est qu'un comité qui gère les affaires communes de la classe bourgeoise toute entière».

Y aurait-il trop peu dans cette formule du comité? Il est pourtant facile de voir qu'entendue historiquement, elle définit aussi bien l'Etat du capitalisme que le Capitalisme d'Etat, dans une synthèse parfaite.

Si, dans les Communes, la bourgeoisie était parvenue à s'armer et à s'auto-administrer, cela veut dire qu'elle détenait toutes les prérogatives d'une classe au pouvoir. Marchands, maîtres, artisans, banquiers des agglomérations urbaines, se trouvaient, à l'intérieur de limites données, complètement émancipés des tributs dus au seigneur terrien. Et même très rapidement, la limite cessa d'être l'enceinte fabriquée des murs, et les territoires des villes libres, en incluant la campagne, arrivèrent à se toucher. Les républiques urbaines étaient indépendantes précisément dans ce sens qu'elles ne recevaient de l'extérieur, de nobles, d'empereurs ou d'évêques, aucune de leurs magistratures. Bien qu'il y eût des différences et des luttes de classes entre le peuple gras et le petit peuple, embryon du prolétariat moderne (le commis ne travaillait pas pour sa nourriture, mais pour l'apprentissage de son métier, et parfois, il payait pour cela), il règne dans cette première phase une pleine démocratie, étant donné que, comme dans les cités antiques (où la masse des esclaves était cependant exclue du droit de citoyenneté), le parlement consiste dans la réunion délibérante de toute la population.

Ce premier type d'Etat bourgeois a des fonctions économiques très variées puisqu'il réglemente strictement tout en matière de métiers et d'échanges. Ce sont des formes très nettes de capitalisme d'Etat: elles vont jusqu'au monopole déclaré du commerce extérieur de la part de l'autorité municipale.

Cet aspect s'exprime à un point tel qu'on en arrive à des types d'économie collective, si nous remontons aux républiques maritimes; et non pas tant à celles qui furent de véritables Etats unitaires avec un vaste territoire, comme Pise, Gênes et Venise, mais plutôt aux plus anciennes dont le territoire était on ne peut plus limité: Salerne, Amalfi...

Ces navigateurs très habiles de l'an mille établirent les relations commerciales méditerranéennes, qui devinrent ensuite imposantes grâce aux républiques du Centre et du Nord dans les siècles suivants. Lors des croisades, les armées occidentales, malgré leurs succès militaires, auraient cédé sous les murs d'Antioche, de Laodicée, de Jérusalem ou de Saint Jean d'Acre, par défaut d'organisation et de logistique, sans les flottes de Venise et de Gênes qui faisaient parvenir des cargaisons non seulement d'armes mais de vivres, d'engins pour l'artillerie de l'époque, et de constructeurs et d'artisans expérimentés de machines de guerre. Les puissantes républiques en tirèrent des traités de monopole commercial dans certaines zones d'Orient.

Même au début, et même quand nous prenons en considération, non pas une grande flotte, mais un seul bateau à voiles, capable malgré tout de traverser les grandes mers, nous constatons que nous nous trouvons en présence d'un exemple de production capitaliste. Si le moyen de transport terrestre au sens strict, jusqu'aux inventions modernes, n'est pas nécessairement construit et pratiqué par un travailleur parcellaire, qu'il s'agisse d'un animal sellé ou d'un véhicule traîné par des animaux; le navire non destiné au cabotage est, dès le premier instant, une machine. Il l'est aussi techniquement puisque l'utilisation de la force animée et naturelle du vent est équivalente à l'usage d'énergies mécaniques comme la chaleur ou l'électricité qui seront appliquées ensuite. Socialement, les républiques libres n'utilisèrent pas, comme les civilisations antiques et comme la réaction féodale ultérieure, le moyen de propulsion brutal de rames confiées à des équipes d'esclaves, ou de galériens, ou de prisonniers. Pour construire un bateau, il faut un chantier avec de nombreux ouvriers ayant des compétences variées, avec une pleine division du travail entre charpentiers, forgerons, calfats, voiliers, cordiers, etc. Et également, pour conduire le bateau sur la mer, il faut un équipage nombreux avec des spécialistes tels que gabiers, pilotes et ainsi de suite. Une telle organisation n'était pas à la portée d'une personne privée: aucun bourgeois n'était assez riche pour cela, les lois médiévales luttaient pour interdire au marchand et au banquier tout enrôlement d'ouvriers, le seigneur terrien n'avait pas de droit sur la ville maritime jalouse de son indépendance ni n'aurait eu la technique appropriée à la construction et au pilotage de navires.

Facile de déduire que le premier armateur, le premier investisseur de capital dans la navigation fut la Ville, la République: l'Etat, donc, premier capitaliste.

Lorsque Marx explique qu'il ne pouvait pas y avoir de capitalisme dans le monde antique, il rappelle que ce n'était pas parce qu'il n'y avait pas de concentration de masse monétaire mais parce qu'il manquait de masses de travailleurs libres. Les esclaves ne l'étaient pas et les citoyens possédaient tous quelque chose. Marx en déduit qu'il est faux de dire (comme Mommsen) que, dans l'antiquité, le capital était complètement développé, dans la mesure où les masses du capital se forment uniquement par l'échange de salaire contre la force de travail; mais cela n'exclut pas que, de façon limitée, certains capitaux puissent se trouver concentrés en certaines quantités. Sauf que, si une personne privée les avait thésaurisés, elle ne pouvait pas s'en servir pour organiser la production, étant donné le manque de travailleurs disponibles. Seul l'Etat, avec ses possibilités de construction et de conscription de type militaire, pouvait donc dans un environnement antique et esclavagiste, ou médiéval et servile, fournir les premiers exemples d'organisation capitaliste de la production et donner lieu ainsi aux premiers et lointains démarrages de l'accumulation capitaliste.

Les premiers à armer des navires furent les Phéniciens, des navigateurs et des commerçants. Rome, sur la route de sa puissance impériale, fut sur le point de céder lorsque ses forces, fondées sur une production uniquement agricole, se mesurèrent avec la «capitaliste» et phénicienne Carthage, maîtresse des mers. Elle dut se consacrer à la construction de flottes et ce fut l'Etat qui donna au consul Duilius les moyens d'organiser les arsenaux: hommes, matériels, subsistances. L'arsenal est le premier type d'industrie, et la première industrie fut donc étatique. L'Etat armateur devance de deux millénaires cet Etat investisseur qu'auraient découvert les économistes de la toute dernière édition du capitalisme.

Duilius avait en effet des esclaves, et il les utilisa pour les trirèmes munies d'un rostre. Précurseur des techniciens modernes et sceptiques, on lui dit, au moment de partir, que les poulets sacrés n'avaient pas voulu manger: eh bien qu'ils boivent, dit-il, en les jetant à la mer, et il fit lever l'ancre. Sur les bateaux du lac de Nemi, bien que ce soient des bateaux de plaisance et non de commerce, on trouva des ancres à jas mobile que les Anglais ont brevetées il y a quelques décennies. On a trouvé des roulements à rouleaux comme ceux qu'on utilisait il n'y a pas très longtemps ... Nous, nous y trouvons ... le capitalisme d'Etat.

Revenons à nos petites républiques presque utopiques. Sans aucun doute, le rendement de ce premier investissement capitaliste fut positif, et les petites villes cultivées et libres s'enrichirent de monuments précieux qui étonnent encore aujourd'hui non seulement par l'ampleur des moyens de construction et de décoration, mais aussi par l'universalité des styles, bien supérieure à l'austérité triste des œuvres médiévales laissées par le clergé et les monarques, dans l'arrière-pays rural.

La bourgeoisie avait donc non seulement entre ses mains le pouvoir politique avec ses milices et ses flottes, mais elle unissait aux richesses du capital commercial et bancaire privé celles d'une première accumulation d'Etat à des fins industrielles.

Pourquoi n'avons-nous donc pas eu une Italie capitaliste, et pourquoi tout ce réseau d'économie et de politique bourgeoises disparut-il? Ce n'est pas arrivé lors d'une bataille ouverte, non plus en raison du succès de ligues féodales, de papes, de rois ou d'empereurs dans les actions militaires, les Communes unies battent l'Empire dans sa phase de plus grande puissance; c'est à bon droit que la bourgeoisie moderne italienne, se réveillant après plus de six siècles, chante la Chanson de Legnano: à vos lances et à vos épées, tonne le Parlement, c'est avec la lance et l'épée que nous recevrons Barberousse sur le champ de bataille! Et lorsque Charles VIII de France vînt, le bourgeois sans armes Pier Capponi en relève le défi et fait sonner les cloches de Florence.

La révolution bourgeoise communale d'Italie n'a pas connu de contre-révolutions politiques et de réveils féodaux; cela n'empêche pourtant en rien les grands partis marxistes italiens d'aujourd'hui de s'enfoncer jusqu'aux cheveux dans la lutte ... pour chasser le féodalisme. Par rapport à eux, Maramaldo fut le plus pur des héros.

L'explication se trouve précisément dans une «désertion économique des forces productives» qui déplacèrent vers un autre centre de pression le maximum de leur virulence. Elle se trouve dans les grandes découvertes géographiques qui firent passer au second et au troisième plan l'importance du bassin méditerranéen dans le commerce et dans l'économie mondiaux. La bourgeoisie autonome, armée et indépendante, des Communes italiennes, céda sans combattre et sans subir de terreur politique à des seigneuries pusillanimes et peu puissantes: elle disparut de l'histoire de l'Europe après avoir été à cheval sur les grandes époques de la liberté communale, et de la Renaissance des sciences et des Arts, et elle ne sut même pas passer la consigne à une bourgeoisie partie intégrante d'une grande dynastie nationale.

La période se prêtait à d'autres comparaisons, avec les phases oligarchiques et de régime policier à Gênes, à Venise, jusqu'à la domination de l'étranger. Ils jacassent sincèrement de cette phase actuelle de laveurs de vaisselle comme d'une seconde Rennaissance italienne, mais pour la véritable histoire, la seconde Renaissance fut celle du dix-neuvième siècle, une copie déteinte des vraies gloires anciennes.

Cette estimation se trouve en toutes lettres chez Marx. Est-il besoin de reprendre la note qui termine le paragraphe sur «Le secret de l'accumulation primitive»? La voici: «En Italie, où la production capitaliste s'est développée plus tôt qu'ailleurs, le féodalisme a également disparu plus tôt. Les serfs y furent donc émancipés de fait avant d'avoir eu le temps de s'assurer d'anciens droits de prescription sur les terres qu'ils possédaient. Une bonne partie de ces prolétaires, libres et légers comme l'air, affluaient aux villes, léguées pour la plupart par l'Empire romain et que les seigneurs avaient de bonne heure préférées comme lieux de séjour. Quand les grands changements survenus vers la fin du XVème siècle dans le marché universel dépouillèrent (sic!) l'Italie septentrionale de sa suprématie commerciale et amenèrent le déclin de ses manufactures, il se produisit un mouvement en sens contraire. Les ouvriers des villes furent en masse refoulés dans les campagnes, où dès lors la petite culture, exécutée à la façon du jardinage, prit un essor sans précédent». Les capitalistes disparurent donc, et avec eux les salariés urbains qui existaient auparavant; la situation sociale régressa jusqu'à une production parcellaire dans les campagnes, et dans les centres le capital financier lui-même émigra (voir le passage sur le prêt de la Venise décadente à la Hollande: véritables opérations d'Etat d'exportation de capital). Une contre-révolution sociale sans contre-révolution politique.

Aujourd'hui
[prev.] [content] [next]

Le thème le plus intéressant à traiter maintenant serait celui des contre-révolutions menées par la bourgeoisie contre le prolétariat.

Non seulement elles ne constituent pas une étape ignorée du développement du socialisme dans l'utérus capitaliste, mais elles sont une série d'étapes aussi bien prévues que nécessaires, et suprêmement instructives.

Les périodes de contre-révolution traversées par le prolétariat moderne dans sa vie historique de classe ont déjà été nombreuses. Et ce n'est que sous le contrôle de leur étude par les générations précédentes de marxistes que l'on peut émettre un jugement sur la période contre-révolutionnaire actuelle; mieux, ce n'est qu'en s'appuyant sur ces résultats que l'on peut affirmer et prouver avant tout que cette période, qui s'enorgueillit d'une Russie rouge, d'immenses partis ouvriers pro-russes, et de tant de fausse rhétorique démagogique, est véritablement une pure période contre-révolutionnaire.

On a, si l'on veut, une première phase de contre-révolution bourgeoise à partir de 1796 avec l'exécution de Babeuf qui fait suite au procès des Egaux.

On en a une autre, sans aucun doute, après les mouvements économiques et politiques de 1830.

La reprise est marquée par la constitution de la Ligue des Communistes; Engels en indique les dates: 1836 - 1852.

Vient ensuite la période qui suit les révolutions de 1848-49 et les luttes dans lesquelles le prolétariat essaye de triompher de la bourgeoisie, et où il est impitoyablement massacré par elle, période qui dure jusqu'à la naissance de formes bonapartistes inférieures si scrupuleusement étudiées par Marx (France) et Engels (Prusse), à l'intérieur desquelles l'avancée des forces productives bourgeoises se poursuit malgré tout de façon irrésistible.

En 1864, avec la Première Internationale, la classe ouvrière mondiale se remet en route, jusqu'à la lutte suprême de 1871 et à la défaite de la guerre civile livrée par les Communards.

Suit une période de contre-révolution, de lois d'exception en Allemagne, où, sous un régime policier, l'industrialisme envahit tout. Nous pouvons dire de 1871 à 1889.

De 1889 à 1914: Seconde Internationale. Pendant ce temps, la lutte révolutionnaire en Russie entre en scène, au premier plan, et c'est pour cela que Lénine fixe la date de 1905 comme le début de cette période de lutte.

1914. Chute dans le nationalisme de presque tout le mouvement ouvrier. Nouvelle période noire et contre-révolutionnaire.

1919. Troisième Internationale, qui se fonde sur la Révolution russe de 1917. Dans les pays vaincus de la guerre impériale, la révolution a tout envahi. Mais elle tombe en Allemagne en 1919 et dans les autres pays d'Europe. La véritable Troisième Internationale est liquidée en 1928.

Guerre 1939-1945. Nouvelle période noire où le prolétariat est attelé au char impérialiste. Les pays vainqueurs occupent tous les territoires conquis sous leur talon de fer. C'est le nouvel élément historique, qui empêche que la guerre ne soit suivie par une période active. Au Japon les Américains, en Allemagne les Américains et les Russes, en Italie depuis lors pouvoir américain, contre lequel lancent des invectives ceux-là mêmes qui, mandataires des Russes, lui ont passé les consignes, musique en tête. Immobilisation contre-révolutionnaire politique, militaire et policière, des deux côtés du rideau de fer.

C'est dans le cadre de ces vicissitudes de force qu'il faut examiner le développement des forces productives et de leur organisation. Il n'est pas nécessaire pour expliquer cela d'imaginer un troisième type de «rapport de production» se situant entre les rapports bourgeois et socialiste. Partout les forces productives du capitalisme se sont accrues, et partout les formes capitalistes ont continué à les emprisonner, en maîtrisant les conflits. Là où le pouvoir prolétarien a résisté quelque temps, en Russie, alors que les formes bourgeoises ont pris un essor définitif au détriment des formes féodales, et qu'elles ont corrélativement affirmé leur victoire sociale dans une grande partie de l'Asie, les rares formes prolétariennes ont décliné et disparu.

Quelle que soit la complexité et la difficulté de cette contre-révolution du XXème siècle, nous n'avons pas besoin d'une autre réponse que celle fournie au milieu du XIXème siècle par Marx dans «Les luttes de classes en France».

«Dans ces défaites, ce ne fut pas la révolution qui succomba. Ce furent les traditionnels appendices pré-révolutionnaires, résultats de rapports sociaux qui ne s'étaient pas encore aiguisés jusqu'à devenir de violentes contradictions de classes: personnes, illusions, idées, projets dont le parti révolutionnaire n'était pas dégagé avant la révolution de février et dont il ne pouvait être affranchi par la victoire de février, mais seulement par une suite de défaites.

En un mot ce n'est point par ses conquêtes tragi-comiques immédiates que le progrès révolutionnaire s'est frayé la voie; mais au contraire, c'est seulement en faisant surgir une contre-révolution puissante, compacte, c'est dans la création d'un adversaire et dans son combat que le parti de la subversion a pu enfin devenir un parti véritablement révolutionnaire».

Et par deux fois, Trotsky dut écrire, lors de deux périodes historiques successives: la révolution est morte: vive la Révolution! (3)

Notes:
[prev.] [content] [end]

  1. En français dans le texte. [back]
  2. En français dans le texte. [back]
  3. Notes des traducteurs:
    «A vos lances, à vos épées ... » est un vers tiré de la Chanson de Legnano qui chante la bataille de Legnano (29 mai 1176) qui vit la victoire de la Ligue Lombarde sur l'empereur Frédéric Barberousse de Hohenstauffen. Les Fils du temps se réfèrent souvent à Legnano qui symbolise une révolution bourgeoise vainqueur militairement mais qui fut (comme la révolution russe de 1917 pour sa composante prolétarienne) réabsorbée socialement et économiquement (par exemple dans le compte rendu de la réunion de Naples de 1951, Leçons des Contre-Révolutions).
    Pierre Capponi (1446 - 1496) florentin, gonfalonier (1494) et représentant de l'opposition anti-Médicis, connu pour sa ferme opposition aux prétentions de Charles VIII. A Pierre Capponi est attribuée la phrase historique «Nous sonnerons les cloches» ce qui veut dire «Nous combattrons avec nos propres armes».
    Maramaldo (Fabrizio) homme d'armes calabrais du 16ème siècle, aux services des impériaux, il prit part au sac de Rome en 1527. Il est célèbre par sa lâcheté car il tua Francesco Ferrucci, qui appartenait à la république florentine anti-impériale, alors que celui-ci était blessé et prisonnier après la bataille de Gavinana ( 1530 ). Autre phrase historique, attribuée à Ferrucci cette fois-ci «Maramaldo, tu tues un homme mort». En argot, maramaldo signifie lâche, violent, qui n'hésite pas à tuer des hommes sans défense. Maramaldo était un représentant des forces féodales anti-bourgeoises.
    La citation de Trotsky sur l'opportunisme et l'incapacité à attendre est tirée d'un article «Nos différents», inclus dans le «1905» de l'auteur (cf. p. 383, éditions de Minuit).
    [back]

Source: «Battaglia Comunista», Nr. 17 1951. Traduit dans Invariance. Traduction non vérifiée, se repporter à l'original.

[top] [content] [last] [home] [mail] [search] [webmaster]


you arrived from:

pagecolour: [to the top]