A propos de Marcel Cachin
BIGC - Bibliothèque Internationale de la Gauche Communiste
[last] [home] [content] [end] [search]

A PROPOS DE MARCEL CACHIN
If linked: [English] [German] [Italian] [Spanish]


Content:

A propos de Marcel Cachin
Source


A propos de Marcel Cachin
[top] [content] [end]

Sans qu'il soit possible, dans le cadre de cet article, d'exposer l'histoire du mouvement ouvrier français des origines à nos jours, l'exemple d'un Cachin, dirigeant du «Parti Communiste Français», permet de bien mesurer l'échec subi par les ouvriers révolutionnaires français dans leur lutte pour se donner une arme de combat solide, un Parti profondément enraciné dans les masses prolétariennes et disposant d'un arsenal théorique apte à les guider vers leurs buts de classe révolutionnaire.

En France, au début de ce siècle, deux partis sont l'expression, au sein de la classe ouvrière, l'un du courant révolutionnaire, l'autre du courant réformiste. M. Cachin à cette époque, et jusqu'en 1905, milite au Parti Socialiste Français dont le programme réformiste vient (en 1899) d'appuyer la participation d'un de ses leaders, Millerand, à un gouvernement radical formé pour «sauver la démocratie française». C'est l'époque de l'affaire Dreyfus, des grands scandales que la bourgeoisie française accumule dans sa course aux énormes profits (Panarna, etc..), en même temps qu'elle réprime militairement les tentatives des masses pour défendre leur droit à la vie. La petite-bourgeoisie et la paysannerie moyenne, hésitantes, sans programme ni doctrine, bien que durement touchées par les aventures où s'engage la grande bourgeoisie, balancent entre un radicalisme anticlérical et une complicité favorable aux entreprises anti-ouvrières.

Suivant les décisions du Congrès d'Amsterdam de la II° Internationale, l'unification des deux courants s'effectue au Globe (à Paris) en 1905 sur une base classiste: plus de participation aux gouvernements bourgeois; lutte anticolonialiste, réaffirmation des objectifs de conquête du pouvoir par les ouvriers, dénonciation de la guerre impérialiste et appui décidé au mouvement de défense des ouvriers par une liaison organique avec les organisations syndicales. Pourtant, pendant les neuf ans qui suivent ce congrès, les succès électoraux du nouveau parti l'incitent à attacher une importante grandissante à la vie parlementaire, et les illusoires succès remportés sur ce terrain contribuent à accélérer un glissement prononcé vers le réformisme.

La puissance, en France, du syndicalisme révolutionnaire dont la théorie s'inspire de Sorel et de son école et où le proudhonisme l'emporte sur le marxisme, l'expose aux coups directs de la répression bien davantage que le parti socialiste qui voit ses dirigeants littéralement happés par la bourgeoisie. Cette dernière en effet s'attache à ce procédé de désintégration et de pourrissement de la hiérarchie social-démocrate jusqu'en 1914, date qui marquera l'apogée de cette politique.

Tout comme en Allemagne, en Belgique, en Angleterre, la bourgeoisie, peu soucieuse de se voir un jour acculée à la lutte sur ceux fronts, charge la direction du parti social-démocrate de s'occuper de la couverture idéologique du conflit «pour la démocratie», comme aussi de vaincre les hésitations des pays encore neutres en agissant dans le sens interventionniste auprès des partis frères de l'Internationale.

Député va-t-en guerre et plumitif ultra-chauvin, Cachin, après avoir participé à une réunion à Londres placée sous le signe du «socialisme marque interalliée» dont le but avoué est d'aider les dirigeants ouvriers anglais à arracher à une classe ouvrière réticente son accord pour la guerre impérialiste, reçoit mission d'acheter, avec les fonds du quai d'Orsay, l'intervention de l'Italie aux côtés des puissances «démocratiques» anti-allemandes. Pour y parvenir - et la tâche n'est pas aisée car un courant marxiste révolutionnaire, devenu dominant dans le Parti Socialiste italien au Congrès de Reggio Emilia en 1912, a éloigné l'aile droite réformiste des Rissolati et consorts et agit avec ténacité contre l'opportunisme de guerre - Cachin convaincra Mussolini, un des chefs des «intransigeants». Par une campagne pour une neutralité «active et opérante», puis par des appels hystériques à la guerre, le journal fondé à cette occasion («Il popolo d'Italia») entraîne finalement l'adhésion de la bourgeoisie italienne, qui se vend au plus offrant des grands impérialistes.

Immédiatement condamnée par la direction du Parti parce que «contraire à la défense nationale», la réunion de Zimmerwald proposée par les partis socialistes italien et suisse, est suivie avec inquiétude par les dirigeants socialistes, Cachin en tête, qui cherchent alors à en étouffer le retentissement dans la classe ouvrière française. Les mois passent et, devant l'intérêt grandissant que cette réunion soulève dans le parti en raison des espoirs qu'on y met pour hâter la fin de la guerre, Cachin fonde, en 1915, un hebdomadaire jusqu'au-boutiste: cette feuille ira jusqu'à publier une justification d'inspiration policière de l'expulsion de. Léon Trotsky hors de France.

L'influence social-chauvine est si forte qu'il faut attendre le déclenchement de la Révolution russe de Février pour que la minorité du parti parvienne à écarter et le mot d'ordre réclamant une conduite plus vigoureuse de la guerre et la participation socialiste au pouvoir, puis, successivement, alors que des grèves éclatent dans des arsenaux et que des désertions se produisent dans l'armée et la marine, lance le mot d'ordre de la recherche des responsabilités dans la guerre, et enfin demande le refus pur et simple des crédits de guerre (début 1918). Durant la période du pouvoir de Kérensky en Russie, celui-ci reçoit la visite de M. Cachin, envoyé du gouvernement français, l'adjurant de ne pas conclure de paix séparée avec l'Allemagne et de continuer la lutte aux côtés des alliés.

Dès 1919, malgré une sérieuse agitation sociale (en 1920 échec de la crève générale des cheminots), s'ouvre pourtant en France une phase de réaction; le Bloc National à la tête du pays est comme l'avant garde d'une nouvelle Sainte-Alliance tournée, non plus contre le libéralisme, mais contre le communisme. Aucune tentative décidée de rompre avec la trahison du prolétariat et la politique chauvine menée durant la guerre n'est même esquissée. En 1919, alors que les partis socialistes italien et suisse ont déjà résolu de se retirer de la II° Internationale, le Congrès socialiste français maintient «pour le moment» l'adhésion du parti à cette organisation, tout en affirmant sa volonté d'entretenir des «relations fraternelles» avec la nouvelle Internationale fondée à Moscou.

Le mouvement syndical, tombé aussi bas que le parti durant la guerre se distingue en 1919 lors d'une réunion à Berne, par la prise de position de certains de ses représentants contre la prise du pouvoir en Russie par les bolchevicks et condamnant la dictature prolétarienne.

La rupture avec la II° Internationale au Congrès de Tours (1920) ne fait que faire suite à un «voyage d'enquête» de Cachin en U.R.S.S. où il espère «négocier» l'entrée du parti français dans la III° Internationale. Des trois motions présentées à Tours (décembre 1920) deux d'entre elles furent en désaccord avec les 21 conditions d'admission dans la nouvelle Internationale, qu'il s'agisse du nom du parti, des conditions d'exclusion, des rapports avec les syndicats ou de la pratique du parlementarisme. Au manifeste adressé par Zinoviev au Congrès pour aider à se délimiter une tendance communiste authentique, répondit une manœuvre des soi-disant «gauches», déposant une motion aux termes de laquelle le texte d'adhésion à Moscou ne statuerait que pour l'avenir et comporterait admission ou maintien dans le parti de tous ceux qui s'inclineraient «démocratiquement» devant les décisions prises! La droite et le centre exigèrent alors la conservation de l'unité du parti et le désaveu du manifeste de Zinoviev; cette ultime tentative de compromis bancal échoua de justesse.

Dans cette ambiance sordide, comment s'étonner que Cachin, nommé au Comité Directeur, soit choisi comme directeur du journal et Frossard comme Secrétaire général, lui qui, en 1930, devait avouer qu'il avait tant de fois recherché l'occasion de se dégager du parti!

Le Parti Communiste français se trouva donc formé d'une très grande fraction de l'ancien parti social-démocrate, les «dissidents» ayant gardé surtout avec eux la majorité des parlementaires et une partie des cadres, tandis que la base, formée d'éléments nouveaux, des jeunes, des anciens combattants, des syndicalistes et un faible contingent d'anarchistes allaient au communisme avec enthousiasme. Très vite, cependant, les militants s'usèrent à prendre parti dans des querelles, des manœuvres souterraines des dirigeants, tandis que de nombreux rappels de l'exécutif de l'Internationale se plaignent des survivances du pacifisme et du réformisme parlementaire.

En fait, outre l'hypocrisie de nombre de ses dirigeants qui admettaient en parole des directives qu'ils s'efforçaient de saboter dans les faits, l'effet énorme qu'imposait les taches politiques (campagne contre l'occupation de la Ruhr en 1923, contre la guerre du Rif en 1925), le désarroi et la confusion sur la tactique du front unique, décidée par le III° Congrès de l'I.C. mais mal digérée par un parti hétérogène et trop neuf dans la lutte, les luttes intestines enfin, feront rapidement du Parti français - compte tenu du renversement du rapport de forces mondial entre bourgeoisie et prolétariat - l'un des instruments les plus dociles de la contre-révolution stalinienne. Nous n'en voudrons pour preuve que son développement, qui coïncide avec l'adoption des tactiques du front populaire, de l'antifascisme et de la résistance nationale anti-allemande: n'était-ce pas le symbole du triomphe définitif des Cachin sur les forces saines du prolétariat, que cette réédition, vingt-cinq ans plus tard, de l'ignoble «Union Sacrée» des années 1914-18? La suite est bien connue: le P.C.F. au lendemain de la guerre, sera le farouche défenseur de la reconstruction de l'économie capitaliste française, pour jouer ensuite le rôle de l'Opposition de Sa Majesté - opposition qui est elle-même à éclipses: vote des crédits de guerre pour l'Indochine, des pouvoirs spéciaux pour l'Algérie. Durant toute cette dernière période, Marcel Cachin demeurera une figure centrale du Parti; mais il restera, pour le prolétariat révolutionnaire, comme le vivant exemple du traître, catalyseur d'une évolution historique sans issue, mais typique de l'impuissance à laquelle l'opportunisme, le marchandage des principes et le respect des «valeurs démocratiques» condamnent le Parti.

Source: «Programme Communiste», numéro 3, avril-juin 1958

[top] [content] [last] [home] [mail] [search] [webmaster] [get pdf]


you arrived from:

pagecolour: [to the top]